À propos de nous

À propos de nous


David Naylor
(président du groupe)

Photo : David Naylor

ancien recteur de l'Université de Toronto

Le Dr David Naylor est professeur de médecine et président émérite de l'Université de Toronto. Il a obtenu son diplôme de médecine de l'Université de Toronto en 1978, et des bourses d'études en médecine, en chirurgie et en pédiatrie. Il a également obtenu un doctorat en philosophie de la faculté des études sociales et administratives de l'Université d'Oxford en 1983, où il a étudié grâce à la bourse Rhodes. Il s'est joint à la Faculté de médecine de l'Université de Toronto en 1988, et y a été nommé professeur titulaire en 1996.

Le Dr Naylor a été président fondateur et chef de la direction de l'Institut de recherche en services de santé (1991-1998), avant d'être nommé doyen de la faculté de médecine et vice-recteur aux relations avec les établissements de santé, à l'Université de Toronto (1999-2005). En 2005 il est devenu le 15e recteur de l'Université de Toronto, poste qu'il a occupé jusqu'en 2013.

Le Dr Naylor est coauteur d'environ 300 publications scientifiques. Il a également agi à titre de conseiller auprès d'instances gouvernementales, d'associations, d'établissements et d'entreprises dans le domaine de la santé au Canada et à l'étranger pendant plus de 25 ans. Le Dr Naylor a été président du Comité consultatif national sur le SRAS et la Santé publique en 2003 et du Groupe consultatif sur l'innovation des soins de santé en 2014-2015. Le Dr Naylor est membre de la Société royale du Canada et de l'Académie canadienne des sciences, membre associé étranger du US Institute of Medicine et Officier de l'Ordre du Canada. Il est également titulaire de plusieurs prix nationaux et internationaux qui lui ont été remis en reconnaissance de son leadership dans le domaine de la santé, de la recherche, de la santé publique et des études supérieures.


Robert Birgeneau

Photo : Robert Birgeneau

ancien chancelier de
l'Université de la Californie, à Berkeley

Robert J. Birgeneau devient le 9e chancelier de l'Université de la Californie, à Berkeley, le 22 septembre 2004, poste qu'il occupera jusqu'au 31 mai 2013. Physicien réputé à l'échelle internationale, M. Birgeneau est un chef de file dans le domaine de l'enseignement supérieur. Il est bien connu pour son engagement à l'égard de la diversité et de la parité dans le milieu universitaire. Durant son mandat de chancelier, M. Birgeneau a porté l'Université au sommet du classement des meilleures universités publiques ou privées dans le monde. Sous sa gouverne, le campus de Berkeley est devenu la première université des États-Unis à offrir une aide financière globale à des étudiants sans papier et la première université publique à verser une aide financière importante à des étudiants de la classe moyenne.

Avant de se joindre à Berkeley, M. Birgeneau a occupé le poste de recteur de l'Université de Toronto pendant quatre ans. Il a aussi été doyen de l'École des sciences au Massachusetts Institute of Technology (MIT), où il a passé 25 ans à enseigner. Il est membre de la National Academy of Sciences des États-Unis,, de la Royal Society of London, de l'American Philosophical Society, et d'autres sociétés savantes. Il a reçu plusieurs prix pour son enseignement et ses recherches sur les propriétés fondamentales des matériaux.

Les prix et distinctions reçus comprennent un prix spécial, le Founders Award de l'American Academy of Arts and Sciences; le Carnegie Corporation Academic Leadership Award en 2008 dans la catégorie « champion de l'excellence et de la parité en éducation » et, en 2009, le Pathfinders to Peace Prize de la Fondation Shinnyo-en, pour ses contributions à l'établissement de la paix dans le monde. En 2012, M. Birgeneau reçoit la médaille Karl Taylor Compton de l'American Institute of Physics. En 2016, il reçoit le Vannevar Bush Award du National Science Board, prix qui est remis pour honorer des leaders qui se sont démarqués durant toute leur vie pour leur excellence dans le domaine des sciences et de la technologie et qui ont contribué de manière exceptionnelle au bien-être de la nation au moyen de leurs activités au service du public en sciences, en technologie et en politiques publiques. Plusieurs universités lui ont également décerné un doctorat honorifique, dont l'Université de Waterloo, l'Université de Toronto et l'Université Western.

Natif de Toronto, M. Birgeneau obtient son baccalauréat ès sciences en mathématiques de l'Université de Toronto en 1963, puis son doctorat en physique de l'Université Yale en 1966. Il travaille un an à la faculté de Yale, passe un an à l'Université Oxford et est membre des services techniques de Bell Laboratories de 1968 à 1975. Il devient membre de la faculté de physique au MIT en 1975 et est nommé directeur du Département de physique en 1988 et doyen de l'École des sciences en 1991. Il devient le 14e recteur de l'Université de Toronto le 1er juillet 2000.

À Berkeley, M. Birgeneau est titulaire de la distinguée chaire Arnold and Barbara Silverman aux départements de physique, des sciences des matériaux et de l'ingénierie et des politiques publiques. Lui et sa femme, Mary Catherine, qui est aussi native de Toronto, ont quatre enfants et douze petits enfants.


Martha Crago

Photo : Martha Crago

vice-rectrice à la recherche,
à l'Université Dalhousie

Martha Crago est vice-rectrice, Recherche, et professeure dans le domaine des troubles de la communication, à l'Université Dalhousie. Auparavant, elle a occupé le poste de vice-rectrice, Relations internationales et gouvernementales à l'Université de Montréal; et les postes de doyenne de la Faculté des études supérieures et de vice-principale adjointe à l'enseignement à l'Université McGill.

Mme Crago est la présidente du comité de la recherche du Regroupement des universités de recherche du Canada U15. Auparavant, elle a été membre du groupe des doyens des études supérieures de l'American Association of Universities; du groupe des directeurs de recherche et des études supérieures d'Universitas 21; et du conseil d'administration du U.S. Council of Graduate Schools. Elle a fondé le Consortium canadien des universités de la recherche océanographique et a cofondé le Forum international des universités publiques, un consortium qui regroupe 21 universités de calibre mondial non anglophones. Elle a présidé l'Association canadienne pour les études supérieures et a été membre du Groupe consultatif universitaire d'Industrie Canada. Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse lui a demandé de siéger au sein de la coalition One Nova Scotia, qui a proposé un plan d'action pour la province en 2015.

Mme Crago est la fondatrice et la présidente du conseil d'administration de l'Institut pour les entreprises de recherche océanique. Elle siège à titre de représentante universitaire canadienne au Comité conjoint Canada-Brésil de coopération en science, technologie et innovation du gouvernement fédéral, et siège à titre de directrice sur les conseils d'administration du Marine Environmental Observation Prediction and Response Network des Réseaux de centre d'excellence et du Ocean Networks Canada. Mme Crago siège également aux conseils d'administration du Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale au Canada et du Centre canadien de rayonnement synchrotron, et elle est membre du Comité sur les partenariats de recherche du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. De plus, elle a siégé aux conseils consultatifs de Pêches et Océans Canada et de l'Institut des biosciences marines du Conseil national de recherches du Canada. À l'Université Dalhousie, elle préside divers instituts de recherche, conseils d'administration et comités.

Mme Crago a fait de nombreuses recherches dans le domaine de l'acquisition du langage. Ses travaux de recherche ont été publiés dans de nombreux journaux et livres scientifiques, et elle est la rédactrice en chef de la revue Applied Psycholinguistics, qui est publiée par Cambridge University Press. De 2007 à 2010, elle a été la vice-présidente de l'International Association for the Study of Child Language.

Mme Crago a été nommée Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques (France, 2009); Femme de mérite (Montréal, 2000); et Femme d'excellence (Nouvelle-Écosse, 2015). Elle a également reçu un prix de l'Université McGill en reconnaissance de ses contributions à la recherche.


Mike Lazaridis

Photo : Mike Lazaridis

cofondateur de
Quantum Valley Investments

Mike Lazaridis, CC, O. Ont., MSR, MSRC, est co-fondateur et associé directeur général de Quantum Valley Investments (QVI), à Waterloo. Mike Lazaridis et Doug Fregin lancent QVI en 2013 avec 100 millions de dollars dans le but de fournir des capitaux financiers et intellectuels pour le développement et la commercialisation des percées en physique quantique et en informatique quantique. QVI vise à aider à transformer les idées et les percées qui en sont aux premières étapes de développement en produits, technologies et services commercialement viables. M. Lazaridis travaille depuis plus d'une dizaine d'années à la création d'une « vallée quantique » à Waterloo en regroupant l'élite mondiale en physique, en génie, en mathématiques, en science informatique et en science des matériaux pour favoriser la collaboration à des projets de recherche quantique de pointe. QVI est sa dernière entreprise à ce chapitre.

En 1984, M. Lazaridis fonde BlackBerry (anciennement Research In Motion) où il a inventé l'appareil BlackBerry, a révolutionné l'industrie du téléphone intelligent et a bâti la plus grande entreprise mondiale de technologie du Canada. M. Lazaridis occupe divers postes, dont celui de coprésident-directeur général (de 1984 à 2012), de coprésident du conseil d'administration (de 2007 à 2012) et de vice-président du conseil et de président du Comité sur l'innovation (de 2012 à sa retraite en 2013).

M. Lazaridis est le fondateur et le président du conseil de l'Institut Périmètre de physique théorique, où il a aidé à générer d'importants investissements publics et privés pour l'Institut. Il a aussi fondé l'Institute for Quantum Computing (IQC) et le Quantum-Nano Centre, à l'université de Waterloo. Il a fait don de plus de 170 millions de dollars à l'Institut Périmètre et de plus de 100 millions de dollars à l'IQC.

Parmi les nombreux prix et distinctions qui lui ont été attribués, M. Lazaridis est Fellow de la Société royale de Londres et membre de la Société royale du Canada et a reçu l'Ordre du Canada et l'ordre de l'Ontario. Il a fait partie de la liste honorifique du Maclean's au titre de Canadien éminent en 2000. Il a été nommé par le TIME's comme l'une des 100 personnes les plus influentes de l'année. Il a reçu du Globe and Mail le titre de Bâtisseur de la nation de l'année en 2010 et a été nommé visionnaire de l'année en 2013 par l'Intelligent Community Forum. Il a aussi reçu l'Ernest C. Manning Principal Award, le prix le plus prestigieux du Canada en matière d'innovation.

M. Lazaridis possède un doctorat honorifique en génie de l'Université de Waterloo (où il a aussi été chancelier), et un doctorat honorifique en droit de l'Université McMaster, de l'Université de Windsor et de l'Université Laval. En plus de ses nombreuses réalisations professionnelles et personnelles, M. Lazaridis a remporté un oscar et un prix Emmy pour ses réalisations techniques dans les industries du cinéma et de la télévision pour l'invention d'un lecteur de codes à barres haute vitesse qui améliore grandement la vitesse du montage cinématographique.

M. Lazaridis est né à Istanbul, en Turquie. Il est venu au Canada en 1966 avec sa famille, et s'est établi à Windsor, en Ontario.


Claudia Malacrida

Photo : Claudia Malacrida

vice-rectrice associée à la recherche,
Université de Lethbridge

Mme Claudia Malacrida a obtenu un baccalauréat ès arts (avec grande distinction) en psychologie et une maîtrise en sociologie de l'Université de Calgary. Elle est aussi titulaire d'un doctorat en sociologie de l'Université de l'Alberta. Elle a reçu une bourse de recherche postdoctorale du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) et une bourse de recherche postdoctorale Killam (à titre honorifique), toutes les deux à l'Université de Calgary. Mme Malacrida a été professeure invitée à l'Université Hokkai Gakuen à Sapporo, au Japon. Elle a occupé une chaire de recherche de niveau I du Conseil des gouverneurs de l'Université de Lethbridge et a été chercheuse érudite à cette université. Ses travaux ont été financés par le CRSH, Alberta Innovates Health Solutions et le Centre de recherche sur l'enfance, la famille et la communauté de l'Alberta.

Mme Malacrida a siégé à maints comités d'examen pour le CRSH, le Programme d'aide à l'édition savante et l'Institut de recherche sur le jeu problématique de l'Alberta (AGRI), ainsi qu'aux comités de rédaction de Disability & Society et de Qualitative Health Research. Elle est membre du conseil d'administration de RESOLVE (anciennement le Centre de recherche du Manitoba sur la violence familiale et la violence faite aux femmes), ainsi que des conseils d'administration d'AGRI et du Congrès mondial sur la recherche qualitative en santé. Elle est une chef de file du CRSH, est membre du comité permanent de l'Institut de santé intégrative de l'Université de l'Alberta, et est une représentante pour les Instituts de recherche en santé du Canada et pour la Stratégie de recherche axée sur le patient.

Mme Malacrida est connue à l'échelle internationale comme une chercheuse de pointe dans le domaine des études sur les personnes handicapées et la sociologie du corps. Ses recherches portent sur des préoccupations sociologiques historiques et sur des enjeux actuels. Elle a publié cinq livres sur les enjeux liés aux handicaps et au corps, ainsi que de nombreux articles, chapitres et rapports sur une vaste gamme de sujets connexes. Elle est une conférencière très prisée. Ses conférences portent sur les méthodes de recherche qualitative, l'histoire de la médecine, la naissance et la médicalisation, la construction sociale de la différence et l'histoire de l'institutionnalisation et de la stérilisation eugénique au Canada.

Mme Malacrida est vice-rectrice (Recherche) à l'Université de Lethbridge. Elle a été directrice du Département de sociologie de cette université de 2011 à 2015.


Arthur (Art) McDonald

Photo : Dr. Arthur McDonald

ancien directeur de
l'Observatoire de neutrinos de Sudbury
et titulaire d'un prix Nobel

Arthur (Art) McDonald, CC, O. Ont., MSR, MSRC, Ing., est professeur émérite à l'Université Queen's et directeur de l'Initiative de collaboration scientifique de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury, dont les travaux ont permis de prouver que les particules élémentaires appelées neutrinos avaient une masse non nulle. Ces particules sont extrêmement difficiles à observer et c'est pourquoi on a dû utiliser un détecteur de neutrinos d'une hauteur de 10 étages, d'une propreté extrême, construit à deux kilomètres sous terre dans la mine de Vale's Creighton, près de Sudbury, pour pouvoir observer un neutrino en provenance du soleil à l'heure. Pour effectuer ces mesures, il fallait apporter des modifications au Modèle standard des particules élémentaires et confirmer, de façon très détaillée, le rayonnement du Soleil. Ces travaux ont valu à M. McDonald le prix Nobel de physique en 2015. M. McDonald et l'Initiative de collaboration scientifique de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury ont aussi remporté le Breakthrough Prize in Fundamental Physics en 2016 et le Prix John-C-Polanyi en 2006.

M. McDonald a été agent de recherche aux laboratoires d'Énergie atomique du Canada limités (EACL) de Chalk River, de 1969 à 1982. Il a été professeur à l'Université Princeton de 1982 à 1989, puis professeur à l'Université Queen's, à Kingston, en Ontario, de 1989 à 2013, où il a été nommé professeur émérite en 2013. Depuis 1989, le M. McDonald est directeur de l'Initiative de collaboration scientifique de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury.

Il s'est vu décerner le Prix Bonner de l'American Physical Society (2003); la Médaille de l'Association canadienne des physiciens et physiciennes pour contributions exceptionnelles de carrière à la physique (en 2003); la Médaille d'or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (2003); le Prix pour excellence scientifique du Fonds du Canada de la société Sigma Xi (2004); le Prix Bruno-Pontecorvo en physique des particules (2005); le Prix Killam (2010); et la Médaille Henry-Marshall-Tory (2011). Il est également co-récipiendaire de la Médaille Benjamin-Franklin en physique (2007); et du Prix Giuseppe et Vanna Cocconi en astrophysique des particules (2013). De plus, il a été intronisé au Panthéon de la science et de l'ingénierie canadiennes (2009) et au Nova Scotia Discovery Centre Hall of Fame (2010), et il détient neuf diplômes honorifiques.

M. McDonald continue à mener des travaux de recherche sur les neutrinos et la matière noire au laboratoire souterrain SNOLAB. Il est également membre du conseil d'administration de l'Institut Périmètre de physique théorique.


Dr. Martha C. Piper

Photo : Martha C. Piper

rectrice par intérim de
l'Université de la Colombie-Britannique

Mme Martha Cook Piper est rectrice par intérim et vice-chancelière de l'Université de la Colombie-Britannique. En 1997, elle est devenue la 11e rectrice de l'Université de la Colombie-Britannique, poste qu'elle a conservé jusqu'en 2006.

Mme Piper siège aux conseils d'administration de la Banque de Montréal, de Shoppers Drug Mart, de la TransAlta Corporation et de la Grosvenor Americas Ltd. Elle est aussi membre du conseil d'administration de CARE Canada, du Dalai Lama Center for Peace and Education et de la Fondation canadienne de cellules souches. Elle a été présidente du conseil d'administration de l'Institut national de nanotechnologie et membre de la Commission trilatérale.

Elle est titulaire d'un baccalauréat ès sciences en physiothérapie de l'Université du Michigan, d'une maîtrise de l'Université du Connecticut et d'un doctorat en épidémiologie et biostatistique de l'Université McGill. Elle été directrice de l'École de physiothérapie et d'ergothérapie de l'Université McGill (de 1979 à 1985), doyenne de la Faculté de médecine de réhabilitation de l'Université de l'Alberta (de 1985 à 1993) et vice-rectrice, Recherche et Affaires externes, de l'Université de l'Alberta (de 1993 à 1997).

Détentrice de 17 diplômes honorifiques, Mme Piper a été reçue de l'Ordre du Canada et de l'Ordre de la Colombie-Britannique. Elle a été nommée éducatrice de l'année par l'organisme Partenariat en éducation en 2004. Elle est devenue membre titulaire honoraire du Collège Merton, de l'Université Oxford, en 2007, et membre de la Société royale du Canada en 2008.


Rémi Quirion

Photo : Rémi Quirion

scientifique en chef du Québec

Le 1er septembre 2011, Rémi Quirion, O.C., C.Q., Ph.D., MSRC, est nommé au poste nouvellement créé de scientifique en chef du Québec. À ce titre, il préside les conseils d'administration des trois Fonds de recherche du Québec et conseille la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation en matière de développement de la recherche et de la science.

Avant sa nomination à titre de scientifique en chef, M. Quirion était vice-doyen aux sciences de la vie et aux initiatives stratégiques de la Faculté de médecine de l'Université McGill et conseiller principal de l'Université (recherche en sciences de la santé). Il était également directeur scientifique du Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, professeur titulaire au Département de psychiatrie à l'Université McGill et directeur exécutif de la Stratégie internationale de recherche concertée sur la maladie d'Alzheimer des Instituts de recherche en santé du Canada. M. Quirion a été le premier directeur scientifique de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies, un des 13 instituts de recherche en santé du Canada.

Ses travaux ont aidé à mieux comprendre le rôle du système cholinergique dans la maladie d'Alzheimer, du neuropeptide Y dans la dépression et la mémoire, et du peptide associé au gène de la calcitonine (CGRP) dans la douleur et la tolérance aux opiacés. M. Quirion a obtenu son doctorat en pharmacologie de l'Université de Sherbrooke en 1980 et il a effectué un stage postdoctoral au National Institute of Mental Health, aux États-Unis, en 1983. Auteur de plus de 650 publications dans des revues scientifiques reconnues, il est l'un des chercheurs en neurosciences les plus cités dans le monde. Récipiendaire de nombreux prix et distinctions, dont l'Ordre national du Québec (chevalier du Québec, C.Q.) en 2003, le prix Wilder-Penfield des Prix du Québec en 2004 et l'Ordre du Canada (O.C.) en 2007, il est également membre de la Société royale du Canada. En 2015, il a été promu Chevalier de l'Ordre des Palmes académiques, distinction remise par le gouvernement français en reconnaissance de l'apport au développement des relations franco-québécoises en matière de recherche.



Anne Wilson

Photo : Anne Wilson

fellow du programme de
recherche Sociétés réussies de l'Institut canadien des recherches avancées,
et professeure de psychologie à l'Université Wilfrid Laurier

Anne Wilson est titulaire d'une chaire de recherche du Canada de niveau 2 en psychologie sociale. Elle est aussi professeure au Département de psychologie de l'Université Wilfrid Laurier. Elle a obtenu son doctorat en 2000 de l'Université de Waterloo. L'année suivante, elle a remporté le Prix du premier ministre de l'Ontario pour l'excellence en recherche. Ses travaux de recherche ont été financés par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Fondation canadienne pour l'innovation et le Fonds ontarien pour l'innovation, ainsi que par des partenariats entreprises/universités avec le réseau Mitacs. Elle a siégé, en 2016, au Comité d'examen national du programme de subventions de développement Savoir (Psychologie) du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

En 2015, elle a été nommée fellow du programme Sociétés réussies de l'Institut canadien des recherches avancées, un groupe international d'universitaires interdisciplinaires qui se préoccupe des inégalités sociales et de leurs conséquences. En 2014, elle a été élue membre de la cohorte inaugurale du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada. Mme Wilson a aussi été élue fellow de la Société canadienne de psychologie et de la Society for Experimental Social Psychology. Ses travaux pertinents sur le plan social et ses connaissances scientifiques de la problématique hommes-femmes et des enjeux touchant l'image corporelle ont été reconnus puisqu'elle s'est classée parmi les « 40 meilleurs leaders âgés de moins de 40 ans » de la région de Waterloo en 2012.

Mme Wilson est devenue une experte mondiale des questions identitaires à l'échelle personnelle, sociale et nationale, et des questionnements touchant la perception personnelle et collective du passé et de l'avenir. Elle a étudié une vaste gamme de sujets, dont l'injustice et les inégalités historiques, les représentations sociales de l'ethnicité, la problématique hommes-femmes et la religion, la santé personnelle et le bien-être, ainsi que l'action individuelle et collective pour promouvoir un avenir plus durable. Elle participe à des réseaux interdisciplinaires pour étudier des sujets comme l'inégalité et les changements climatiques. Elle a publié plus de 50 articles scientifiques et livré ou codirigé des centaines de présentations, d'exposés et de discours à titre de spécialiste invitée à l'échelle internationale.


Le Secrétariat

Photo : Anne Wilson

Le Secrétariat est un groupe de fonctionnaires de divers domaines et milieux, logés au Ministère de l' Innovation, des sciences et du développement économique ( ISDE ). Il soutiendra le Comité en fournissant des informations contextuelles et des conseils, en gérant les communications, en menant des travaux de base et d'analyse, ainsi qu'en coordonnant la logistique et le soutien administratif.

Date de modification :